maj le 08/06/2008

GUY CHABANT

GR653 : CHEMIN d'ARLES à COMPOSTELLE : VIA TOLOSANA

Etape 14 : DOURGNES

ETAPE 14 (Mardi 20 MAI) : DOURGNES .. 6h30 .. 23kms

C'est au P.Dej en libre service à 6h30 que je ferais connaissance avec JOSE-MARIA l'espagnol - catalan qui démarre ici à Castres.

Du FJT, en se dirigeant au sud via une large allée piétonne (ancienne voie ferrée aménagée en promenade) , on rejoint la rivière AGOUT derrière le cimetière , et le GR à la passerelle piétonne. Plusieurs Kms de routes avec une forte circulation, peu de bas cotés , très pénible et un peu dangereux, car les autochtones vous rasent sans vergogne ! Ouf, au rond point qui suit le passage au-dessus de l'autoroute, on quitte la circulation.

Un passage assez surprenant à travers une très belle propriété en bordure de l'Agout, puis en haut d'une côte, le hameau de BARJINAC est super accueillant pour le pèlerin ( pancarte, banc ...). dans une pâture, un groupe d'Aigrettes blanches s'envolent à mon approche. Le GR653 se mélange ici avec des sentiers pédestres dont un " Lou Camou de Viviers " ; le balisage GR est très insuffisant à cet endroit (je suis un balisage jaune à défaut). Dans ces parages, j'ai droit au chien le plus hargneux , menaçant et dangereux de mes 450kms : heureusement que la propriété est bien close (mais on a toujours une grosse appréhension : et s'il y avait un défaut dans le grillage ?)
L'église fortifiée de VIVIERS est elle aussi fermée , allez chercher la clé à la mairie si le cœur vous en dit ! Après, on longe une rivière canalisée (R. du Perche) ou apparaissent les premiers canards sauvages. La route est aussi balisée pour un Tour à VELO, avec une Charcuterie qui s'impose comme 3eme balisage ! La journée se passe beaucoup sur le macadam, avec quelques passages bienvenus en sentier de terre, trop courts hélas.
A la CONTARIE, je vois venir en face de moi (alors que le GR tourne normalement à gauche) un marcheur, et je m'arrête pour un petit échange (mais le gars n'était pas disposé à perdre son temps ...) : faisant le chemin en sens inverse il s'est égaré depuis REVEL d'ou il vient. Son chemin est assez extraordinaire pour être rapporté : Breton parti de VANNES, il a marché jusqu'aux ANDELYS pour prendre la voie de TOURS, et à Mont de Marsan, il a sauté sur la voie du PUY à Aire/s/Adour, qu'il a remontée , puis saut sur la voie d'ARLES qu'il va poursuivre via AIX et MENTON, le but final étant ROME ! Bon courage à ce pèlerin !

La journée s'annonce propice aux rencontres, un peu plus loin à LA LUARIE, une dame étend son linge (le ciel est mitigé : nuages sombres alternant avec un peu de soleil, et fort vent), et est toute disposée à engager une bonne partie de papotage ... Encore une autre église fermée (Eglise ST-JEAN) à l'ombre d'un immense cèdre. Je m'arrêterais pour le repas 1km plus loin, au fond du petit stade, abrité du vent par un bâtiment et face au soleil qui réchauffe et sèche les petits petons ...
Un très beau sentier herbeux conduit à la D14 que le GR traverse (fort trafic de camions). Ici, en prend cette D14 direction SUD, pour rejoindre les ABBAYES de DOURGNE. heureusement que le bas-coté est aménagé, car les camions de matériaux défilent dans un vacarme, qui plus est, en légère descente ! L'abbaye d'EN CALCAT est la première, fort heureusement très à l'écart de la route, dans un très grand parc verdoyant.
J'y arrive vers 13h30, mais par chance, l'un des pères bénédictins (Frère THOMAS) est dans le hall, et il se débrouillera pour m'installer dans une chambre, sinon il m'eu fallu attendre 15H , heure normale de l'accueil.

Il y a deux logements distincts , aussi bien pour ceux venant plusieurs jours pour une " retraite " spirituelle & religieuse, que pour les pèlerins :

  • les hommes seuls sont hébergés dans une aile de l'Abbaye (vue sur le cloître) dans de belles chambres spacieuses, draps / serviette fournis, avec un couloir immense se terminant par les douches d'un coté, les WC de l'autres (seul bizarrerie : je n'ai pas trouvé les lavabos, s'il en existe toutefois). Nous mangeons le soir dans le réfectoire à 18h55 précises, en bout de la table centrale, en commun avec la cinquantaine de moines, dans le silence général mais rompu par la lecture faite par le prieur, pendant tout le repas, d'un texte sacré ou relatif à la règle de St BENOIT. Le repas est frugal (pas de viande, mais délicieuses Pommes de Terre vapeur au beurre) mais le vin est présent, nous avons du fromage en plus des moines, certains d'entre eux ont un menu un peu différent (un régime alimentaire certainement). C'est à mon sens une expérience inoubliable et surtout à ne pas rater, pour toute personne désirant ardemment (comme moi) toucher ne serais-ce qu'une fraction de temps, cette vie des moines.
  • les femmes, ou les couples, logent dans un logement moderne construit à environ 100m, et y prennent leur repas dans une salle commune, et ils disposent d'une cuisine.

J'irai y retrouver quelques minutes avant les Vêpres, mes deux vendéennes, afin de trinquer avec elles, motif d'ouvrir (et vider) la bouteille de vin " Baume de Venise " que je trimballe depuis Castres ... Comme elles ne sont guère assoiffées, il m'en restera la moitié, qui fera une deuxième journée dans mon sac demain, et enfin je l'achèverais avec les hôtes du gite des CASSES.

EN CALCAT est, outre l'architecture, le parc, le calme et le recueillement, remarquable pour : · une immense librairie ou vous trouverez une foule d'ouvrages en vente, sur tous les thèmes religieux ou spirituels possibles, des CD de musique religieuse, etc... Et le plus beau à mon avis, une collection de cartes postales illustrées, une série avec de magnifiques dessins naturistes d'un des moines (dont des dessins pour la manufacture de tapisserie d'Aubusson) , une autre série avec des fragments de tableaux célèbres ( le Christ et les Saints ) · le nombre de moines ( env. 60 au total, et de nombreux jeunes), alors que la plupart des autres abbayes de France n'ont que quelques moines, voire disparaissent par la vieillesse de leurs derniers occupants.
JOSE-MARIA viens faire une visite ici, je le retrouve sur l'un des nombreux bancs : il loge à STE-SCOLASTIQUE , 500m plus loin ; ils sont dans un gite près de la route, et tout à fait séparés de l'Abbaye elle même et de tout contact avec les bonnes soeurs ... Je ne regrette pas mon choix !

Je ne regrette pas non plus la 1/2h passé avec frère VINCENT, un truculent moine comme dans les meilleurs récits du moyen-age, par ailleurs totalement fâché avec les EUROS, mais qui est aussi un éminent Géologue (de nombreux moines ne font pas que prier, ils ont des spécialités très remarquables, dont entre autres l'APICULTURE ici).

Pour les fervents catholiques, ne pas manquer d'assister le soir aux VEPRES ( 18h00 , environ 40 mn) ou les psalmodies sont sur ton grégorien accompagné à l'orgue ; et pour les plus courageux , les LAUDES à 6h20 le matin. les cloches vous rappellerons les heures des cérémonies.